Lac Titicaca et ascension du Huayna Potosi

Nous arrivons à La Paz assez tôt, vers 6h. Avec les élections récentes, des manifestations se sont mises en place et certaines rues de la capitale sont bloquées.

Malgré cela, nous trouvons rapidement un bus, direction Copacabana, au bord du fameux lac Titicaca ! 3h de route supplémentaires durant lesquelles nous rattrapons un peu de sommeil car la nuit de bus fut compliquée.

Lac Titicaca

Nous arrivons dans ce joli décor, qui nous fait + penser à une côte maritime qu’à un lac, étant donnée l’immensité du plan d’eau (à perte de vue). Nous trouvons un petit hôtel et décidons de rester tranquilles pour la journée après ces heures de transit. Nous en profitons pour continuer de rattraper notre retard sur le blog en terrasse avec un jus de fruit frais.. Demain, direction l’Isla Del Sol !

Au petit matin, ce sont 2h de bateau qui nous attendent pour rejoindre la petite île. Nous avons prévu d’y rester la nuit et de rentrer le lendemain matin, mais le destin en décide autrement 😂

Effectivement, à Copacabana ce matin, les banques sont peu compréhensives et ne veulent rien nous donner. On se rend alors compte que nous n’avons plus beaucoup de liquide sur nous, pas suffisamment en tout cas pour passer la nuit là bas et payer le billet retour. Et évidemment, aucune banque sur l’île, ni personne ne prenant la CB ! Tant pis, on rentrera cet aprem.. 😁

Nous avons quand même eu le temps de faire une petite balade agréable sur la partie sud de l’île, la seule accessible, car un conflit politique datant de 2017 a fait fermer l’accès au nord pour les touristes…

De retour au port pour attendre le départ de 15h, nous discutons avec un couple de français. On finit par se rendre compte qu’Olivier n’est autre que le gérant du seul centre de parachutisme de Tahiti, avec qui nous avions prévu un saut il y a de ça bientôt 3 ans 😅

Le monde est petit.. Rendez vous est pris pour sauter au dessus de
Moorea au mois de mai !
Sommets enneigés en toile de fond.. Magnifique !

Retour à Copacabana, et petite soirée tranquille. Demain en fin de matinée, retour à La Paz !

Le retour se passe sans encombre malgré quelques rumeurs faisant état d’un mouvement de grève grandissant. Nous passerons de nouveau 2 nuits dans la capitale. Marché, blog, petite montée à un point de vue sur la ville pour parfaire notre acclimatation à l’altitude, cette dernière étant primordiale si l’on veut atteindre notre nouvel objectif : l’ascension d’un sommet culminant à 6088m d’altitude, le Huayna Potosi !

Nous allons à l’agence nous inscrire et essayer l’équipement nécessaire, à savoir des vêtements trèèèès chauds : chaussures de haute montagne (qui se rapprochent franchement de chaussures de ski.. 😂) et crampons.. Bien bien bien…

Huayna Potosi

Le lendemain, départ à 9h de l’agence pour environ 1h30 de route durant laquelle nous croisons des lacs magnifiques faisant penser à une palette de peintre ! Même si nous n’arrivions pas rejoindre le sommet, nous ne serions déjà pas venus pour rien..!

Nous arrivons au camps de base, situé à déjà quelques 4750m d’altitude ! Déjeuner assez tôt vers 11h, puis 2h de marche pour monter au 2ème et dernier camps, à 5130m. Nous partons à une dizaine de personnes et nos guides ! Les sensations sont bonnes. Malgré l’altitude, la marche se fait assez bien et nous met en confiance pour le lendemain. Les guides impriment un rythme lent, très lent.. Trop lent ? Non, malgré l’envie d’accélérer, on sait qu’on se mettrait très rapidement dans le rouge.

Une fois là haut, petit snack, repos, puis dîner à 17h !!! Pour qu’ensuite, à 18h, dodo ! Effectivement cela est nécessaire, car on doit mettre le réveil à 23h30 😱

C’est ça, fait la maline.. Prends plutôt ce maté de feuilles de coca !

À cette heure-ci et surtout à cette altitude, pas facile de s’endormir. L’air manque même au repos et le cerveau a du mal à lâcher prise, mais on finit par y arriver. Au réveil, ce n’est pas la même chanson.

Maux de tête à cause de l’altitude pour tous les 2, + nausée et mal au ventre à cause d’un début de tourista pour Aurore. Départ ou pas ? La question se pose car nous partons par cordée de 3 : le guide et nous. Et si l’un devait abandonner, c’est tout le trinôme qui ferait demi tour.

Allez, on ne peut pas baisser les bras si vite. Un petit cocktail doliprane/smecta et on s’habille. En bas : sous vêtement thermique, legging en polaire et pantalon de ski. +3 paires de chaussettes et chaussures de haute montagne. En haut : sous vêtement thermique, tee shirt, 2 polaires et veste de ski. + 2 paires de gants, bonnet, casque et lampes frontales. #BonhommeMichelin

Il est 0h30, c’est parti pour 6h d’ascension. Les débuts sont compliqués pour les raisons citées précédemment. Au bout de 45 min, il est l’heure de chausser les crampons et de prendre en main le piolet.

Nous avançons au rythme d’un pas par inspiration/un pas par expiration.

Cela fait 1h30 que l’on marche dans un froid sec, sous un ciel noir dans lequel scintillent des milliers d’étoiles ainsi que les lumières de La Paz au loin. Magique malgré l’effort. Les groupes (une dizaine au total) nous devançant, eux aussi équipés de frontales, forment au loin un serpent de lumière.

Nous avons la chance d’avoir de très bonnes conditions climatiques, sans chute de neige ni vent. En revanche, plus le temps passe, plus l’oxygène se raréfie. Nous avançons à présent à un pas par cycle respiratoire complet.

On fait des pauses toutes les 45min environ, courtes pour ne pas nous refroidir. Le sommeil appelle Aurore, les petites crampes d’estomac débutantes se chargent de Romain. A ce stade, on évite de trop réfléchir et on avance ! Nous croisons quelques groupes faisant demi tour, épuisés.
Et puis vint le moment où Aurore demande au guide combien de temps il reste. Environ 1h30. Et là c’est la fissurade psychologique. 😂

Aurore : "C'est trop long, trop difficile ! A cet instant je subis
bien plus que je ne profite. On est maintenant à un pas pour 3 cycles
respiratoires. Certains passages sont un peu techniques, très raides.
J'avance d'un pas pour en reculer de 2 en glissant sur la neige.
L'arrivée ne fait que s'éloigner !"

L’heure et demie se transforme en 2h tellement notre rythme a baissé ! Unique avantage à cela, le jour se lève, sommet en vu !!! Nous touchons au but, il ne reste « que » quelques centaines de mètres ! Nous croisons des groupes qui sont parvenus au but et nous encouragent pour « finir le boulot » !

On finit, ENFIN, par y arriver. On s’assoit pour récupérer et on ouvre grand les yeux pour observer une vue à 360° à couper le souffle !

On est trop fatigués pour faire des photos « classes » sur la crête et en plus, tout en haut il fait super froid !

Après de longues minutes posés à plus de 6000m, nous faisons marche arrière !
Au bout de 30min de descente, un peu à l’abri du vent, on fait une grande pause. Aurore a retrouvé son sourire et Romain, après avoir tenu sans broncher durant toute l’ascension, relâche la pression. La fatigue l’envahit à tel point qu’il est à 2 doigts de piquer un roupillon sur la neige 😂

Mais pas le temps pour tout ça, il faut se remettre en marche ! Sur la descente, qui durera 2 heures, nous avons une vue absolument superbe sur la vallée et La Paz au loin ! C’est aussi le moment de voir qu’à quelques mètres du chemin emprunté lors de la montée se trouvent de profondes crevasses et autres murs de glace. Comme quoi ça a du bon parfois de ne pas voir plus loin que sa lampe frontale !!

Nous arrivons au refuge vers 9h, heure de… la soupe bien sur !

Pause bien méritée puis redescente vers le camp de base. Et enfin 1h30 de route pour retrouver la capitale. Il est 14h. Nous sommes épuisés et sans hostel à disposition car ce soir on enchaîne avec un bus de nuit.

Entre le soulèvement progressif du peuple et les horaires de bus, nous avons pris cette décision, sage pour l’orientation de notre voyage mais difficile pour nos organismes ! Nous avons donc tué l’après midi entier dans un café jusqu’à 22h que notre bus parte.

Autant dire qu’il n’a pas fallu nous bercer pour trouver le sommeil.
Direction Cochabamba et le parc de Torotoro.

😴ZzZzZz😴

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. corinne dit :

    bravo pour l’ascension ! et merci pour les photos ! bises

    Aimé par 1 personne

    1. diffdumtour dit :

      Merci beaucoup !
      Bises à la famille 😘

      J'aime

  2. jc sarkisjc dit :

    Quel courage de ne pas avoir abandonné. Bravo à vous deux.
    J.C

    Aimé par 1 personne

    1. diffdumtour dit :

      Merci pour ce gentil commentaire ! Ce ne fut pas simple mais on y est arrivé ! Ça fait du bien. 😉

      J'aime

  3. paskal441 dit :

    j’ai pas dépassé 4100 en alpi, et je trouvais déjà ça difficile! j’ose pas imaginer la claque à 6000 entre le froid, l’hypoxie, la gestion psy de l’effort et de l’environnement…bravo à tous les deux!!

    Aimé par 1 personne

    1. diffdumtour dit :

      Merci beaucoup !!
      Bien résumé en effet ! Il a fallu se battre contre les éléments mais surtout contre nous même. On a poussé la machine un peu plus loins que d’habitude, Sacré challenge !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s